IndustrieProductivité

#FranceRelance : investir pour transformer la crise en opportunité

Accélérer la transformation de notre tissu productif pour construire une industrie française compétitive et créatrice d’emplois, garante de l’indépendance de notre pays. Tel est en substance l’objectif général poursuivi par le volet industriel du plan #FranceRelance.

Parmi les nombreux dispositifs de soutien proposés aux entreprises industrielles, deux ont retenu notre attention car ils s’adressent aux PME et ETI de tous secteurs, sans montant minimum d’investissement et sans passer par le processus de l’appel à projets.

Ces dispositifs s’inscrivent dans la continuité des efforts menés depuis 2018 pour favoriser notamment l’adoption massive de la robotique et des machines à commande numérique, composantes essentielles de l’industrie du futur.

Le premier permet aux entreprises qui ne l’auraient pas encore fait de définir la feuille de route de leur transition numérique. Les régions financeront, à hauteur de 50% ou 100% selon les territoires, 10 000 prestations de conseil « transformation vers l’industrie du futur » d’ici à fin 2022. Des prestations de 5 jours minimum qui comprennent en général un diagnostic de l’entreprise, la construction d’une feuille de route et l’accompagnement à la mise en oeuvre des premières actions.

Le second prend le relais du dispositif de suramortissement des investissements productifs . Il s’agit de la subvention industrie du futur. Annoncée le 7 septembre 2020 par Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, la signature du décret permettant l’entrée en vigueur de cette subvention est très attendue.

Subvention industrie du futur vs suramortissement, quels changements ?

Les 7 catégories d’équipements concernées par le dispositif de suramortissement sont reprises dans le périmètre de la subvention industrie du futur. S’y ajoutent les logiciels ou équipements dont l’usage recourt, en tout ou partie, à de l’intelligence artificielle.

Les robots collaboratifs, robots articulés, robots Scara FANUC, ainsi que nos presses à injecter électriques Roboshot, machines d’électroérosion à fil Robocut et centres d’usinage Robodrill et Robonano sont donc éligibles à la nouvelle subvention. Tout comme l’est notre logiciel de supervision  , une solution simple et sécurisée pour passer à l’usine connectée. 

La subvention n’est pas réservée aux PME ; les ETI peuvent également y prétendre.

Elle prend la forme d’un appui de trésorerie qui peut atteindre jusqu’à 40% de l’investissement. Le coup de pouce est donc immédiat et non conditionné au montant du résultat en fin d’exercice. 

Comment obtenir une subvention industrie du futur ?

C’est l’Agence de Services et de Paiement (ASP), qui est chargée d’enregistrer les demandes, d’instruire les dossiers et de verser les subventions, sur le mode du guichet unique.

Le dossier de demande de subvention devrait très prochainement être accessible sur le site de l’ASP. Attention ! Le dépôt de demande de subvention doit être fait AVANT de commander l’équipement concerné pour être recevable.

À noter également qu’il n’est pas possible pour les PME de cumuler la subvention industrie du futur et le dispositif de suramortissement, encore en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020.

Avec la subvention industrie du futur, les entreprises ont donc deux années supplémentaires pour bénéficier d’un soutien financier à la transformation de leur outil de production. Une occasion unique de gagner en flexibilité et en capacité, de se réinventer même, pour que l’industrie française modernisée poursuive sa dynamique de re-création d’emplois.

 

 

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *