Electroérosion à fil

L’électroérosion à fil s’invite dans la mécanique de précision

 

Longtemps réservée quasi exclusivement à la réalisation de pièces d’outillage, l’électroérosion à fil est de plus en plus utilisée pour l’usinage de pièces mécaniques de précision. La relative lenteur de découpe de ce procédé est en effet compensée par d’autres avantages, que certains usineurs savent mettre à profit pour gagner en compétitivité et s’ouvrir de nouveaux marchés.

Augmenter sa capacité de production et sa flexibilité

Compléter un parc de centres d’usinage avec une machine d’électroérosion à fil peut permettre d’augmenter la capacité de production de l’entreprise de manière significative. La machine travaille en effet seule, sans intervention humaine, pendant des heures (60 h en standard et jusqu’à 140h pour les FANUC Robocut). Elle permet donc de produire des pièces en temps masqué, en travaillant la nuit ou le week-end sans qu’il soit nécessaire d’augmenter les effectifs.

La maintenance est elle aussi très limitée ; à titre d’exemple, le nettoyage de la machine est hebdomadaire et ne prend qu’une heure. L’électroérosion à fil ne requiert guère plus de ressources sur ce point qu’en production.

L’électroérosion à fil peut aussi être utilisée pour réaliser certaines opérations particulières, qui occupent trop de temps sur les centres d’usinage. Autant d’heures de production dégagées sur l’outil principal de l’entreprise.

Enfin, la machine d’électroérosion à fil peut être considérée comme un élément de flexibilité : elle peut prendre en charge la fabrication en temps masqué des pièces les moins urgentes pour permettre de passer une commande imprévue sur les centres d’usinage.

Des gains matière qui compensent largement la vitesse de découpe

L’électroérosion semble au premier abord peu rentable pour l’usinage de pièces mécaniques de précision en raison de sa faible vitesse de découpe. Mais dès lors que l’on considère le process dans son ensemble, les choses changent du tout au tout.

D’abord, parce que le coût de main d’oeuvre est bien plus réduit sur ces machines que sur des centres d’usinage. Ensuite parce que le coût des consommables est assez faible et qu’il n’est pas nécessaire de réaliser des outillages spécifiques pour produire une pièce.

Mais surtout, l’électroérosion à fil génère beaucoup moins de perte que les process d’usinage par enlèvement de copeaux. Les gains peuvent vite devenir significatifs sur des matières premières coûteuses comme le titane, très utilisé dans l’aéronautique, et peuvent être encore augmentés en imbriquant correctement les différentes pièces à usiner.

Electroérosion = précision

Etonnant que l’usinage de pièces mécaniques de précision fasse encore peu appel à l’électroérosion dont la principale caractéristique est pourtant bien la finesse de découpe. Cette technique permet de garantir des cotes inferieures au 1/100 avec une parfaite répétabilité, et des états de surface parfaits sur des pièces de toutes dimensions. Un argument qualité important pour s’ouvrir à des marchés particulièrement exigeants tels que l’aéronautique, ou l’horlogerie.

Choisir sa machine d’électroérosion à fil : quels critères retenir ?

Les utilisateurs de FANUC Robocut en avancent plusieurs :

  • la simplicité d’enfilage et la fiabilité de la machine, pour réduire au maximum les temps d’intervention,
  • l’autonomie (quantité de fil disponible), pour maximiser les bénéfices du travail en temps masqué,
  • le coût du fil et la quantité consommée, pour réduire le coût unitaire des pièces
  • la possibilité de ré-enfiler sur le trajet de découpe en cas de casse, sans avoir à revenir au point de départ, pour optimiser les temps de cycle.
Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *